•  

     

    Le temps passé a ceci d'agréable, qu'on lui prête volontiers tout ce qui manque au temps présent.

     

    On ne regarde pas vers le passé quand le présent vous suffit.

     

    Le passé est de l'histoire, c'est au présent qu'il faut vivre.

     

    On ne peut retarder l'échéance que marque le destin

     

    Ce que le destin nous refuse aujourd'hui, demain peut-être il nous l'accordera.

     

    Le destin est ce qui nous arrive au moment où on ne s'y attend pas.

     

    On ne peut rien changer à son destin.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • J’appartiens à la génération COVID-19
    parce que j’ai plus de 60 ans
    et j’ai du mal à croire que
    mon avenir s’annonce brillant.
    Au risque de vous choquer, je sais que
    « Je vivrai longtemps et en santé »
    n’est qu’une fausseté car
    « Mon avenir est sombre ».

    J’annoncerai bientôt à ma famille que
    je ne suis pas condamné à mort
    mais
    la COVID-19 est sans pitié pour ceux de mon âge
    et la distanciation physique s’impose
    avec mes proches.

    J’ose affirmer ceci :
    la complicité des grands-parents et des petits-enfants
    et
    l’espoir d’une vie sans pandémie,
    comme autrefois,
    c’est insensé.
    La société devenue égocentrique,
    je ne peux envisager
    la COVID-19 enrayée
    et
    une vie épanouie.

    Je m’imagine
    succomber à la fièvre, la toux et la dyspnée
    et
    vivre éternellement avec la crainte de la COVID-19.
    Cessons de
    nous imaginer que l’on peut vaincre le coronavirus.
    Évidemment,
    la COVID-19 a une longueur d’avance
    et il serait faux de croire que
    nous devons garder espoir.
    Voilà ce qui nous attend
    si nous n’agissons pas autrement.

    —À L’ENVERS—

    Nous devons garder espoir
    et il serait faux de croire que
    la COVID-19 a une longueur d’avance.

    Évidemment,
    nous imaginer que l’on peut vaincre le coronavirus.
    Cessons de
    vivre éternellement avec la crainte de la COVID-19
    et
    succomber à la fièvre, la toux et la dyspnée.

    Je m’imagine,
    une vie épanouïe
    et
    la COVID-19 enrayée.

    Je ne peux envisager
    la société devenue égocentrique,
    c’est insensé.

    Comme autrefois,
    l’espoir d’une vie sans pandémie
    et
    la complicité des grands-parents et des petits-enfants.

    J’ose affirmer ceci :
    la COVID-19 est sans pitié pour ceux de mon âge
    et la distanciation physique s’impose
    avec mes proches
    mais
    je ne suis pas condamné à mort.

    J’annoncerai bientôt à ma famille que
    « Mon avenir est sombre »
    n’est qu’une fausseté car
    « Je vivrai longtemps et en santé ».

    Au risque de vous choquer, je sais que
    mon avenir s’annonce brillant
    et j’ai du mal à croire que
    parce que j’ai plus de 60 ans
    j’appartiens à la génération COVID-19.

     

    Covid -19


    1 commentaire
  •  

     

    Et bien tant pis ! A 75 ans après une vie de labeur et de cotisation, je n'irai pas au cinéma, pas au théatre, pas au restaurant .pas faire mes courses, alors que je suis en parfaite santé ,et que je ne me suis jamais fait vacciner contre la grippe ,en prenant régulièrement du citron, des tisanes de thym ,et de l'homéopathie .Même si il y a peu de risque de mourir, je ne veux pas le prendre et finir ma vie tranquille !
    Si on vient me chercher de force comme le demande ce fasciste d'Emmanuel Le chypre (son intervention terrifiante en commentaire) ,et que par malheur il m'arrive de mourir, il sera coupable d'homicide volontaire et pourrait être traduit devant la justice en vertu du traité de Nuremberg .Je précise que je respecte les gestes barrières ,je porte le masque dans les endroits clos et ne mets en aucun cas la vie des gens en danger ! Je précise également que je ne suis pas antis vaccins ,à condition que ceux ci soient surs . Ils ne le sont pas !!! Si après ce message et comme pendant les pires heures de notre histoires on vient me chercher pour me vacciner de force , le monde entier saura comment le gouvernement Français, qui à agit n'importe comment, se comporte en France .
    Partagez le SVP ,si vous pensez que ce que je dis est vrai , il ne contient ni insulte ,ni grossièreté ,ni haine simplement le cri d'un homme âgé écoeurer...et qui n'est pas le seul ,nous sommes des millions .
     

    5 commentaires
  • S’ENVOYER EN L’AIR Faire l’amour.

    Plus précisément, jouir. Quel bonheur que d’être pilote d’hélicoptère professionnel ou hôtesse de l’air et d’être payé pour s’envoyer en l’air toute la journée ! On pourrait imaginer que, dans leur cas, la fonction crée l’orgasme. Mais ne rêvons pas et revenons sur le plancher* des vaches puisque c’est plus généralement là que notre expression est utilisée. Pas avec une vache, bien sûr. Tout au plus avec une chèvre, si on est légionnaire… Il y a belle levrette lurette que l’extase sexuelle est associée à la métaphore de l’ascension vers le ciel. Est-ce qu’on ne « plane » pas un peu au moment de l’orgasme ? Et ne dit-on pas également monter au septième ciel* ? Et, l’homme étant couché sur le dos, est-ce que son érection ne pointe pas du doigt ces hauteurs qui sont le lieu à atteindre ? Cette forme argotique désignant le coït daterait du début du xxe  siècle, d’après Jean Lacassagne et Pierre Devaux dans leur Argot du milieu. Homme et femme travaillaient tous deux, vivaient secrètement, filant le parfait amour mais s’arrangeant pour s’envoyer en l’air sans jamais procréer, et se montraient réfractaires aux cris des mioches de la rue, qu’ils tançaient quelquefois de leur fenêtre…

     


    2 commentaires