• la douleur d’une blessure Le sang coule d’une manière logique. La blessure suppure me pique. La douleur va en progressant gentiment. Mes cris déchirants, lentement vont vers l’océan.

    J’aime la souffrance, elle me prouve que je suis en vie. Elle brille et là, au loin je vois la pie. Je m’écorche à vif pour décrire des dessins tribaux. J’admire la sensation épaisse du sang autant que la sensation fugitive.

     

    Le labyrinthe des nerfs à vifs. Le cauchemar des veines en exposition. L’ombre de mon ombre me griffe. J’ai le corps en lambeau, créés par les lions.

     

    Le mal, la douleur, la souffrance décident de se réunir. Visitez mon intérieur, ma chair est à garnir. Son apparence démontre bien sa personnalité. Longtemps, très longtemps, les hommes vont se mutiler.

     

    La douleur

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Serait-elle au plus mal ?

    Aux dires de ces experts

    Car ce n’est pas normal

    De voir ainsi la terre.

     

    Étant à son chevet

    Ils ont diagnostiqué

    Son mal on le connaît

    La terre est fatiguée.

     

    Tu te portais si bien

    Pouvant tout supporter

    Depuis les temps anciens,

    Tu nous as tant donné.

     

    Jaillissant de tes sources

    Fontaines et ruisseaux ;

    Que l’homme dans ses courses

    N’a pas vu le cadeau.

     

    Et pourquoi t’amputer ?

    En rasant tes forêts

    La vie est menacée ;

    On le dit et c’est vrai

     

    Et toutes ces fumées,

    S’élevant vers le ciel !

    Il est temps de crier,

    Arrêtez ! C’est mortel !

     

    Il faudrait te soigner

    Pour conserver encore

    La force et la santé

    Que réclame notre corps.

     

    Mais Dieu dit que c’est nous

    Qui sommes concernés

    Ressemblant à des loups,

    Prêts à tout dévorer.

     

    Et si tout se dégrade,

    C’est nous les accusés.

    La terre, elle est malade,

    A cause du péché.

    Nous tous malades et condamnés

     

    La terre est malade ,

     

     


    votre commentaire
  • MOUCHES - En été, les mouches sont partout et s'invitent dans nos maisons. Alors comment faire pour s'en débarrasser ? Voici ici quelques astuces de grand-mère pour repousser les mouches de votre intérieur naturellement.

    Les mouches, en plus d'être dérangeantes et agaçantes, sont aussi porteuses de nombreuses bactéries qui peuvent contaminer nos intérieurs, et surtout nos aliments. En été, avec la chaleur, leur prolifération s'accélère. En effet, une mouche femelle peut pondre entre 400 et 600 oeufs au cours de sa courte vie.

    Les mouches domestiques sont celles que l'on retrouve le plus souvent dans nos maisons. En été, la chaleur de nos intérieurs les appâte et accentue les odeurs qui les attirent, notamment les ordures et la nourriture.

    Souvent très agressifs, les insecticides peuvent polluer l'air de la maison et présentent des risques pour notre santé. Alors comment chasser les mouches sans utiliser de produits dangereux ?

    Avant d'essayer d'en finir avec les mouches, empêchez-les de pénétrer chez vous. Il existe des plantes et de nombreux produits du quotidien très efficaces pour écarter les mouches avant même qu'elles ne s'invitent chez vous.

    Voici quelques solutions pour repousser les mouches de façon naturelle.

    Utiliser des huiles essentielles pour repousser les mouchesUtiliser de l'huile essentielle de géranium rosat, de basilic, de citronnelle, de menthe poivrée, de lavande ou encore d'eucalyptus.

    Si les mouches n'apprécient pas ces odeurs, les huiles joueront pour vous un double rôle : parfum d'intérieur et répulsif anti-mouche. A vous donc de choisir l'odeur que vous préférez.

    Pour les diffuser, plusieurs techniques s'offrent à vous :

    Verser quelques gouttes dans un diffuseur à placer près d'une fenêtre ou vers le plan de travail de la cuisine.Verser quelques gouttes dans des coupelles ou tasses à placer à des endroits stratégiques.Mélanger quelques gouttes avec de l'eau et vaporiser dans toute la maison ou sur des torchons près des fenêtres.

    Choisir des plantes pour éloigner les mouchesLes plantes sont d'excellents répulsifs contre les mouches, mais lesquelles ?

    Le basilic, la lavande, la menthe, l'eucalyptus, ou encore le géranium (et plus particulièrement le géranium citronné) dégagent de fortes odeurs que la plupart d'entre nous apprécient mais que les mouches détestent par dessus tout.

    L'astuce est simple : il suffit de placer les pots sur le rebord des fenêtres pour que les mouches ne rentrent pas. En plus de repousser les mouches, vos fenêtres seront décorées de jolies plantes !

    Vous pouvez également brûler des feuilles vertes de tabac, sur un réchaud ou un barbecue, dans les lieux qu'elles affectionnent le plus.

    L'eucalyptus, en plus d'être utilisé en huile essentielle, est aussi efficace en infusion. Il suffit d'infuser des feuilles d'eucalyptus dans de l'eau bouillante, de laisser refroidir, puis de vaporiser dans votre intérieur ou sur des torchons près des fenêtres.

    Les produits du quotidien pour se débarrasser des mouchesIl existe de nombreux produits du quotidien dont on ignore souvent les effets secondaires positifs.

    Les clous de girofle, le vinaigre blanc, le bicarbonate, les oignons ou même le lait peuvent servir à écarter les mouches.

    Couper un oignon, un citron ou une orange en deux et piquer des clous de girofle dans chaque moitié. Il suffit de placer ces dispositifs dans votre maison et de renouveler l'opération tous les trois jours.Mélanger du bicarbonate de soude avec de l'eau et vaporiser dans la maison.Disposer des coupelles ou tasses remplies de vinaigre blanc un peu partout.Mélanger du lait avec du poivre et du sucre en poudre.

    Pour toujours plus d'efficacité, vous pouvez mélanger plusieurs de ces ingrédients pour créer le mélange anti-mouche parfait.

    N'oubliez pas que ces solutions ne seront pas utiles si vous avez chez vous beaucoup de déchets ou d'autres choses qui attirent les mouches. Faites donc bien attention à vider régulièrement vos poubelles, à garder votre plan de travail toujours propre, à ne pas laisser d'eau stagnante dans votre évier ou encore de fruits à l'air libre dans votre cuisine.

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • La politesse est une force. C'est une forme de communication qui établit dès le départ un climat positif et qui évite à régler des problèmes dans la dispute, voire dans l'insulte. En général, les autres nous renvoient l'attention et le respect qu'on leur a donné.

    Dans une société civilisée, basée sur le respect et sur des valeurs morales, on ne peut vivre ni selon « la loi du plus fort », ni selon « le chacun pour soi ». Pour éviter le chaos, la violence etc., la vie en communauté suppose que chacun respecte certains codes et règles, dont la politesse. Cette dernière facilite et rend le quotidien plus agréable. Elle définit une forme de communication et de comportement à adopter.

    Les usages de la politesse se sont formés le long des siècles et ne cessent d'évoluer. Ils sont différents selon les époques et les cultures.

    La politesse est une forme de communication fixe établie selon les moeurs et les circonstances. Les formules de politesse « standard » sont à la base de toute relation respectueuse et harmonieuse et définissent notre rapport au monde. Elles deviennent des habitudes, des moeurs à respecter. Elles rapprochent les personnes parce qu'elles établissent une première forme de communication. Ce sont des signes de reconnaissance, de respect et de sympathie envers l'autre.

    Finalement elles nous guident et nous aident à être à l'aise face à des situations quotidiennes, habituelles ou non. La politesse est une force. C'est une forme de communication qui établit dès le départ un climat positif et qui évite à régler des problèmes dans la dispute, voire dans l'insulte. En général, les autres nous renvoient l'attention et le respect qu'on leur a donné.

    Même si l'on apprend dès l'âge de l'enfance les formes de politesse, c'est avec le temps qu'on apprend à les appliquer de mieux en mieux. En devenant adulte, on sera de plus en plus à l'aise dans leur usage.

     

    La politesse

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Se voit-elle cette souffrance qui nous habite ?Est-ce quelques rides en plus sur le visage…Une prise de poids,

    Ou bien la tristesse qui foudroie. Pour chaque être ce sera différent. D’autres se feront vomir jusqu’au sang, Tout cela pour se détruire, En criant : voyez comme j’ai mal !Mais vraiment qui entend… qui écoute ?Pour cela il faut aimer et lire dans les âmes, Car bien souvent la culpabilité, Vient noircir le tableau et voilà qu’il éclate. Ne croyez pas qu’il demande la charité, Non, non… il ne demande qu’à être écouté, Pour se défaire de ce mal être, Qui lui est toujours en quête pour étouffé. Etouffer les sanglots de la souffrance. Non… n’y pensez même pas, Il faut au contraire crier sa rage Et continuer de se battre. En un mot se faire une alliée de la souffrance, Même si cela dérange. Car dans le regard de l’autre, on peut lire :– Comment fait-il pour vivre et sourire, Je ne saurai survivre à la douleur !Le corps et l’âme vont explosés, Pour être enfin libérés de ce poids lourd à porter. La souffrance s’apprivoise, C’est une dame qui nous rend plus fort. Au bout du parcours, on est libéré, On peut être fier d’être enfin soulagé. La souffrance j’en ai fait une alliée !

     

    La souffrance

     

     

     


    3 commentaires